Avr 282016
 

 

Résultats:

Mini-foot JUNIOR (masculin) 5ème du Brabant.

Mini-foot SCOLAIRE (masculin) 1er du Brabant et champion de Belgique interprovinciales !

Mini-foot CADETS (masculin) 2ème du Brabant.

Basketball MINIME (féminim) 1ère du Brabant.

Basketball CADETS (masculin) 8ème du Brabant.

Basketball SCOLAIRE (féminim) 2ème du Brabant.

Basketball SCOLAIRE (masculin) 8ème du Brabant.

Basketball JUNIOR (masculin) 7ème du Brabant.

Football (masculin) 2ème du Brabant.

Volleyball féminin

Jan 202016
 

Les Olympiades de mathématiques consistent en un concours entre tous les élèves du secondaire de la fédération Wallonie Bruxelles. Elles comportent 30 questions de mathématiques qui sont différentes de celles habituellement traitées en classe car elles sont basées principalement sur de la logique.

Félicitons nos 30 élèves (de la 1 ère à la 6 ème) qui ont participé à l éliminatoire ce mercredi 13 janvier 2016 (de 13h30 à 15h00), et ceci après avoir pu déguster un bon sandwich tous ensemble avant l épreuve. La prochaine étape du concours est la demi-finale où s affronteront les meilleurs élèves bruxellois.

La question est : y aura-t-il des qualifiés de notre école? On aura la réponse dans 1 semaine. En tout cas, on peut déjà féliciter Thomas Van Stichel (2c) qui a réalisé le plus gros score du centre scolaire avec 124.

J.Bleret

Edit: Les résultats des Olympiades sont arrivés et un élève de 2c est qualifié pour les demi-finales, il s’agit de Thomas Van Stichel. Ces demi-finales auront lieu le mercredi 24 février.

Juin 252015
 

 

Le 27 mai 2015, la classe de 6e Val Duchesse a présenté,  à partir d’un sujet choisi et préparé, une dissertation orale. Chaque élève a pu, en quelques minutes, défendre et argumenter sa thèse devant  des professeurs. Pour réussir, il fallait donc allier maîtrise de la langue, rigueur, profondeur, éloquence et originalité…

C’est avec plaisir que j’ai associé le Courrier International à cette épreuve. En effet, le célèbre magazine français a mis à disposition les archives du journal durant la préparation et, en plus, a offert à l’élève ayant eu la meilleure note un abonnement digital d’un an au magazine. Un beau cadeau pour ces élèves bientôt amenés à fréquenter les écoles supérieures et les universités. Je profite de ces quelques lignes pour remercier chaleureusement le Courrier International.

Le thème de l’épreuve de cette année était : « Plus haut plus loin ». Pour ces futurs étudiants, voilà une devise bien à propos, n’est-ce-pas ?

Gaël Bournonville
Titulaire
Professeur de français 6e

Mai 042015
 

Dans le cadre du cours de Religion, les élèves de 3A et 3B de Val Duchesse ainsi que la classe de 3TQ2 de Saint-Adrien ont été amenés à découvrir le bénévolat en rendant service dans une association de leur choix. C’est donc remplis de joie qu’ils ont réalisé de magnifiques travaux! À la suite de cette expérience, un bénévole de l’Association Soeur Emmanuelle a été chaleureusement accueilli dans les différentes classes, permettant ainsi un bel échange. Excellents moments! Bravo à eux!

Mme Chaudoir

Mar 262015
 

Dans le cadre des cours d’économie de Val Duchesse, en 5e d’une part, et dans le cadre des cours de Questions économiques, juridiques et sociales et d’Activités d’insertion professionnelle, en 6e à Saint-Adrien d’autre part, Monsieur Roquet, professeur d’Economie, organise régulièrement des visites d’entreprises.

Il s’agit des Etablissements d’Ieteren, actifs dans le secteur de la distribution automobile. Cette visite complète utilement une autre visite d’entreprise : il s’agit de l’assembleur automobile Audi Belgium à Forest. L’intérêt de ces visites réside dans le fait que ces entreprises présentent des caractéristiques en étroite liaison avec de multiples parties des cours d’économie: organisation et taille des entreprises, évolutions juridiques et financières, coûts de production et investissements, fusions et acquisitions, adaptations aux crises politiques et financières, adaptations aux contraintes des marchés, aux barrières relatives aux échanges internationaux, aux politiques économiques nationales, européennes, etc., ainsi que mise en place de politiques visant la productivité, sans oublier l’ergonomie. De plus, une rencontre avec les responsables des ressources humaines des deux entreprises donnent également aux étudiants (de Saint-Adrien), une approche originale du monde du travail, du point de vue du recruteur.

La visite des Etablissements d’Ieteren est organisée sur base d’un fil conducteur qui est l’histoire de la société d’Ieteren, depuis plus de 210 ans. Elle a lieu dans un véritable musée vivant, d’où le nom de D’Ieteren Gallery, parce que les véhicules sont régulièrement utilisés lors de manifestions diverses.  Ils sont tous en excellent état, ancêtres ou non, et représentent l’histoire de l’automobile.

La visite de l’usine Audi est impressionnante pour plusieurs raisons: l’utilisation intensive des robots, le confort du travail sur la chaîne de montage et la précision dans l’organisation logistique.

 

Fév 072015
 

Propos recueillis par Mme B. Pensis

 

DEUX VISITES D’ECRIVAINS BELGES

En ce mois de février 2015, nous avons la chance de rencontrer deux écrivains belges. Ils vont parfaire notre séquence sur la littérature belge d’expression française.

Mais qu’ont-ils donc à nous apprendre ?

 

01  03

 

 

Questions à Michel JOIRET, auteur du polar « Le tueur de jonquilles ».

  1. Les personnages du roman.

Ils sont nombreux, sinon l’histoire ne serait pas crédible.  J’ai créé le commissaire Saint-Loup, qui n’est pas moi. J’observe bien les autres ; j’aime les petits caractères. Alors que la norme du polar, c’est de mettre en évidence de jeunes voyous, moi je préfère autre chose. Voilà pourquoi dans « Le tueur de jonquilles », le meurtrier est un homme âgé, tout ce qu’il y a apparemment de convenable. Il  tue des jonquilles, qui symbolisent le printemps, l’ouverture vers la vie. Lui est vieux, au crépuscule de sa vie, voilà pourquoi il assassine des jeunes gens. En réalité, il leur en veut d’être jeunes et il règle ainsi ses comptes avec le temps.

Saint-Loup n’a jamais été défini formellement. Je pense qu’il n’a pas la trentaine. Si je ne le décris pas vraiment, c’est parce que je ne suis pas un écrivain réaliste càd que ne ne passe pas de temps à chercher des informations, à étudier les comportements etc… Je suis plutôt dans la lignée de Georges Simenon qui disait que ce sont les lieux qui font l’individu, le hasard en somme. N’oubliez pas que nous, les Belges, nous sommes toujours influencés par le surréalisme. Et puis, une fois qu’un personnage est ébauché, on se laisse porter par lui. Le commissaire Saint-Loup m’a toujours indiqué ce que je devais lui faire faire …

  1. Le rapport au temps.

Un livre se lit différemment, qu’on ait 17, 40 ou 80 ans. On voit les choses autrement. Ainsi, « Le Grand Meaulnes » d’Alain-Fournier est un livre qui vous entraîne différemment en fonction de votre âge.  Quand j’ai écrit le roman « A l’enseigne du beau noir », j’ai voulu montrer la stupidité d’une certaine époque., l’idée du racisme. On ne mettrait plus une telle enseigne de magasin maintenant. Le polar « Les Masques verts du commandeur » présente des bandits-écologistes.  Il y a par exemple des meutres à vélo…         J’aime l’idée de faire les choses autrement, de provoquer.

En conclusion, vous voyez que le polar aussi permet de faire passer des idées, mais autrement.

02

  1. Ecrire, c’est quoi ?

Il me faut à peu près 6 mois pour écrire un polar. J’ai mes petites manies, un peu comme Georges Simenon (la pipe, le café etc…) mais j’insiste sur le fait qu’on ne peut pas tricher avec soi-même. Se forcer ne sert à rien, il vaut mieux alors se balader, faire des courses, « faire son marché d’inspirations ». Proust, qui m’a beaucoup influencé, a dit joliment :  « C’est dans l’écriture qu’on trouve la vraie vie. ». Je lui dois beaucoup, et à Camus aussi, que je lisais à 20 ans.

L’écrivain, c’est un artiste qui développe une partie de lui, qui a la possibilité de créer quelque chose.  L’écrivain est aussi celui qui cherche et qui doute.  Tout le monde peut écrire, mais tout le monde ne peut pas être écrivain. C’est un véritable métier où vous êtes d’ailleurs l’élève de votre éditeur. Celui-ci vous mettra d’ailleurs le nez sur vos erreurs.

Si vous voulez vous-mêmes écrire, faites-le surtout par plaisir. Ayez du plaisir en écrivant parce que ce que vous produirez ne va peut-être pas marcher. Moi, je connais des écrivains qui se sont suicidés par manque de reconnaissance.

  1. Votre livre préféré ?

« La Recherche du temps perdu » de Marcel Proust !  Ah, il y a de quoi lire. 7 tomes en tout. Et aussi parce que Proust m’a appris l’importance à donner à la 1ère phrase d’un livre. Qui ne connait le début de la Recherche : « Longtemps, je me suis couché de bonne heure » ?  Amélie Nothomb aussi a l’art de bien trouver sa première phrase (l’incipit).

  1. Le marché de l’édition.

Dur, dur …  Avec l’éditeur, c’est une relation de « Je t’aime, moi non plus », ce qui veut dire que la logique du créateur n’est pas la logique de l’éditeur. Et ce qu’on gagne finalement est dérisoire. Ceci dit quand un livre plait aux lecteurs, qu’on remporte un prix, c’est un vrai bonheur. « Madame Cléo » est le roman qui m’a le plus coûté. Roman autobiographique de quand j’étais un jeune prof en Tunisie mais il a été récompensé du Prix Parlement. Mon prochain roman, qui sortira ce mois-ci, s’appelle « Le Carré d’or ». Il se situe dans le centre de BXL et pose la question de la fin du monde.  Réceptions, promotion, Foire du Livre de Bruxelles : voilà aussi le métier de l’écrivain.

  1. Parlez-nous des écrivains belges.

Notre spécificité, c’est de ne pas être français mais belges dans un pays hâtivement construit et d’ailleurs nous n’avons pas ce sentiment national profond qu’on peut retrouver chez les Français. Un historien belge (Michelet ?) a dit : « La Belgique a toujours été un pays occupé et donc nous avons acquis le mythe de Tyl Uilenspiegel » càd cet esprit de révolte avec farces et attrapes.  Pour vous expliquer encore ce qu’est la littérature francophone de Belgique, revenons en 40-45. Le journal « Le Soir » était sous domination allemande et ne publiait que de la propagande nazie. Or, des journalistes ont décidé un jour de publier un faux « Soir » en secret, un énorme canular qui a fait rire toute la population belge en mal de gaieté. Evidemment, ça s’est mal terminé : les journalistes ont été découverts et tués par les Allemands. Mais ça, c’est l’esprit de la littérature chez nous. Un surréalisme belge indépendant politiquement du surréalisme français qui menait des actions de gauche assez violentes. Nous, nous aimons plus les canulars que l’action politique.

 

05 04

 

 

Franck ANDRIAT, « Je t’enverrai des fleurs de Damas »

 Est-ce votre histoire en tant que prof de 4ème à l’Athénée Fernand Blum ?

Même si c’est basé sur une histoire vraie, il faut savoir qu’un livre, et a fortiori un roman, est toujours une histoire. Par exemple, les lettres qu’envoie Myriam au prof de français sont toutes inventées.  Youssef n’existe pas non plus. Et je ne suis pas Bébé Cougnou !

Quel métier choisiriez-vous si vous y étiez obligé ? Prof ou écrivain ? 

Prof et écrivain. Prof, pour donner le goût de la lecture et de l’écriture aux élèves.  Ecrivain pour rencontrer des gens, d’abord. Ensuite, pour être utile en faisant passer des messages car le métier d’écrivain, c’est un métier où l’on est tout seul mais en vous rendant visite, je fais des rencontres, je voyage.

Combien gagnez-vous en écrivant ?

Ah oui, parlons du point de vue économique. D’abord, pour 1000 livres reçus chez l’éditeur, un seul est édité !   99% de déçus, donc.

Tu vas chez le libraire et tu achètes un livre à 10€.   Le libraire reçoit 3,50€, le distributeur 2,50€. Le papier, la reliure, … coûtent 2€.  Que reste-t-il ? 2€.  A distribuer entre l’éditeur (1,20€) et l’écrivain (0,80€).

 

Jan 272015
 

Le 9 janvier 2015, les élèves de 5e de l’option sciences et le 20 janvier 2015 les élèves de 6e de toutes les options,  du site de Val-Duchesse, ont eu l’occasion de passer une journée dans des laboratoires particulièrement bien équipés de l’asbl «Culture in Vivo» à Nivelles. En petits groupes, encadrés par un animateur de l’asbl, ils ont manipulé avec du matériel de haute précision comme des micropipettes ou des enzymes. Les photos ci-jointes témoignent de leur enthousiasme et de leur application! Leurs commentaires sont aussi éloquents, en voici quelques exemples extraits de leurs impressions après cette journée:

FormatFactory11

«J’étais contente de découvrir une autre facette de laboratoire que ce que j’ai connu à l’école» I. A.

«Ce qui est bien avec la sortie, c’est qu’on a pu faire deux expériences que nous ne pouvons pas réaliser en classe, par manque de matériel» C.S.

«Cela nous permet de voir l’ambiance de travail dans un «vrai» laboratoire» S.B.

«Nous avons pu nous amuser tout en apprenant mais aussi en manipulant. Nous avons regardé si une souris était immunisée contre la GFP» Y.T.

«La chose la plus étonnante était la fameuse machine: spectromètre qui était une espèce de grosse boite reliée à un ordinateur» A.W.

«C’était très intéressant même si je n’aime pas les sciences. C’était une journée agréable»

FormatFactory17

«Nous espérons avoir l’occasion de refaire une activité semblable» A. et N.

«C’était cool. On a pu utiliser du matériel qui coûte cher et qui est sophistiqué, ce qui n’est pas donné à tout le monde» D.

«On avait un peu l’impression d’être des chercheurs d’un jour»

«Bonnes activités, c’est très intéressant et on a très peu l’occasion de faire des choses comme ça» T.S.

«Trop bien, j’ai trop apprécié sauf que l’incubateur sentait mauvais» O.K.

Le contenu théorique de cette activité a été brièvement expliqué d’abord en classe et ensuite au laboratoire. L’immunologie a réactivé des souvenirs du cours de biologie de 4e tandis que l’enzymologie avec étude de vitesses de réactions et des paramètres qui influencent cette vitesse, était plutôt un avant-goût de ce chapitre. Cette activité a aussi été l’occasion de recueillir un grand nombre de résultats expérimentaux que nous sommes en train d’exploiter en classe, entre autres au moyen de graphiques. Le faire c’est bien, le comprendre c’est encore mieux! Monsieur G. Bournonville, professeur de Français en 6e nous a fait le plaisir de nous accompagner le 20 janvier et de se risquer aussi à quelques manipulations… Nous le remercions!

FormatFactory18 FormatFactory04

Lucie de Hoffmann, professeur de sciences.

Mar 162014
 

Le jeudi 27 février 2014, les élèves de  5e B et de 6e B de l’option sciences se sont rendus avec leur professeur de biologie, à l’asbl « Culture in vivo », à Nivelles.

Ils ont eu l’occasion de s’initier expérimentalement aux techniques du génie génétique. Ils ont manipulé des souches bactériennes individuellement tout en s’entraidant.

Les photos prises pendant la visite montrent à la fois la concentration de chacun mais aussi la bonne humeur et le climat de collaboration. Ils ont travaillé sur des souches bactériennes d’Escherichia Coli, une bactérie courante, non pathogène, des intestins. Cependant, la souche donneuse utilisée leur réservait de petites surprises qu’ils n’ont découvertes que le lendemain lors de l’observation et l’interprétation de leurs résultats expérimentaux en classe…

Le but du laboratoire était de montrer que différentes souches bactériennes peuvent s’échanger des plasmides, petites structures circulaires composées de gènes, d’ADN. Lorsqu’une bactérie dispose  de nouveaux gènes, cela la rend capable de nouvelles performances, de nouvelles caractéristiques. Pendant plusieurs heures de manipulations, les élèves ont pu: isoler de l’ADN, des plasmides, d’une première souche bactérienne qui possède des gènes attractifs, rendre une autre souche bactérienne « compétente », c’est-à dire apte à laisser passer ces gènes à travers ses membranes et sa paroi, mettre en contact les plasmides isolés de la première souche et les bactéries de la souche rendue « compétente », vérifier le succès de l’opération suite à la mise en culture des bactéries modifiées dans un milieu de culture approprié, utiliser aussi des souches non modifiées pour comparer les résultats, etc.

Le lendemain, l’animateur scientifique Monsieur Damien Bouilliez, est venu présenter en classe les boites de Pétri avec les colonies de bactéries obtenues. Quelle surprise de découvrir alors que non seulement les bactéries modifiées étaient devenues résistantes à un antibiotique mais en plus certaines colonies étaient de couleurs différentes, d’autres encore ne se dévoilaient entièrement que sous une lampe UV, elles étaient devenues … fluorescentes !

A la fin de l’animation, quelques élèves ont discuté avec l’animateur. Ils voulaient connaître son parcours de formation …

FormatFactoryDSCN1380 FormatFactoryDSCN1392 FormatFactoryDSCN1397 FormatFactoryDSCN1401 FormatFactoryDSCN1412

 

 

Les autres photos ici…

 

Lucie de Hoffmann

Déc 262013
 

A la découverte d’une île incroyable: Malte

Nous avons séjourné dans un hôtel 4* situé dans le quartier très animé de St.Julians. (Baie St.George).

Le 2e jour nous avons pu visiter Les Trois Cités et la capitale, la Valette aussi nommée « la ville climatisée ».

Les Trois Cités furent une très belle découverte. L’héritage  laissé par l’Ordre des Chevaliers  de St Jean nous a vraiment impressionné. Le transfert vers La Valette s’est fait en gondoles maltaises. Suite de la visite:La cathédrale Saint Jean qui abrite le seul tableau signé du grand maître italien, Le Caravage.

Avant dernier jour: visite de Mdina. Magnifique enceinte fortifiée. De toutes petites rues… Encore  habitées actuellement. Un autre monde.

L’après-midi: « Golden Beach », quelle plage! Mer un peu fraîche mais transparente et turquoise.

Bref couleurs, soleil et bonne humeur ont fait de ce séjour un voyage mémorable plein de souvenirs.

Malte, à conseiller….

Merci à tous.

Les élèves de 6TQ1A, 6TQ1B et 7P.

Merci à Elton, Yannick, Michael et Otman  pour la rédaction de cet article.

 

M Argüeso

Déc 262013
 

Dans le cadre des cours d’économie de Val Duchesse, en 4e et en 5e, Mr Roquet a organisé une visite d’entreprise, en mai 2013. Il s’agit des Etablissements d’Ieteren actifs dans le secteur de la distribution automobile.

Cette visite complète utilement une autre visite d’entreprise effectuée l’an passé: il s’agissait de l’assembleur automobile Audi Belgium à Forest.

L’intérêt de ces visites réside dans le fait que ces entreprises présentent des caractéristiques en étroite liaison avec de multiples parties des cours d’économie : organisation et taille des entreprises, évolutions juridiques et financières, coûts de production et investissements, fusions et acquisitions, adaptations aux crises politiques et financières, adaptations aux contraintes des marchés, aux barrières relatives aux échanges internationaux, aux politiques économiques nationales, européennes, etc.

Notons enfin ce qui constitue un véritable agrément : la visite est organisée sur base d’un fil conducteur (J) qui est l’histoire de la société d’Ieteren, depuis plus de 150 ans. Elle a lieu dans un véritable musée présentant de nombreux véhicules en excellent état, ancêtres ou non, représentatifs l’histoire de l’automobile.

FERMER
CLOSE